top of page
  • Photo du rédacteurPascale Landriq

Cette obscure clarté qui tombe des étoiles


Je demande pardon à la vie

si le doute m’éloigne du merveilleux

et que mon enthousiasme

ressemble à un soufflé refroidi.


Je demande pardon à la vie

d’oublier la rose jolie, le lilas blanc,

et la douceur du premier rayon,

posé sur mon visage.

Je demande pardon à la vie

si l’odeur du pain grillé

ne me fait pas bondir hors du lit,

avec un appétit d’ogresse.

Je demande pardon à la vie

si le moustachu de la Bialetti

n'est plus invitation,

à déguster, le meilleur café.

Je demande pardon à la vie

de me laisser charmer en discount

par de sottes promesses

de bonheur en boîte.

Je dis merci à la vie,

quand elle se rappelle à moi,

en des riens délicieux,

pour l’aimer encore.


Je dis merci à la vie

quand je me sens trahie,

que son goût est amer,

de l’aimer toujours.


Je dis merci à la vie

quand dans une heure ou demain,

un ordinaire miracle reviendra me saisir

pour en exalter la beauté lumineuse.


(Je demande pardon à l’écriture,

pour les anaphores légères

et à Corneille pour l'emprunt de l’oxymore)

24 vues

Posts récents

Voir tout

VIE

Comments


bottom of page